Police Municipale aux Lilas et au Pré Saint Gervais

Lors du Conseil Municipal des Lilas du 4 février dernier, nous avons pu constater que l’effectif de Police Municipale continue de croitre : ils sont aujourd’hui neuf agents. Le maire s’en est justifié ainsi : les politiques d’austérité diminuent de manière constante les effectifs et les moyens généraux de la Police Nationale. Ces embauches visent à accompagner ces politiques nationales. Le Maire ne s’est d’ailleurs pas caché qu’il comptait bien poursuivre autant que ce sera nécessaire les embauches et le renforcement de la police municipale.

Après la vidéo-surveillance et l’armement à balles réelles des agents, la majorité municipale poursuit sa politique de renforcement sécuritaire. Pourtant, faut-il rappeler que les policiers municipaux n’ont ni les attributions ni les formations de la Police Nationale y compris dans le maniement des armes à feu ? La Police Municipale est une police de proximité qui ne remplace pas la Police Nationale. Ce sont deux missions bien différentes et il est dangereux de confier aux uns ce que devraient faire les autres. Les politiques absurdes du gouvernement socialiste ne s’arrêtent pas là, puisqu’il va fournir 4000 armes et 8000 gilets pare-balles aux polices municipales.

Après les évènements tragiques de cette année et la recrudescence des actes racistes et violents visant toutes les communautés, il est plus qu’urgent de donner la priorité à la prévention et à l’accompagnement des populations, non au renforcement des mesures sécuritaires.

En bon élève discipliné des politiques sécuritaires menés par le PS, la mairie du Pré Saint Gervais a semble-t-il elle aussi l’intention de se doter d’une police municipale pour palier les effets des politiques austéritaires que ses amis socialistes ménent au gouvernement. La ville du Pré Saint Gervais ne compte aucun commissariat ni antenne de la police nationale.